A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Envoyez !

Mercredi 5 octobre,

A 9 heures, Antony (que je remercie)  arrive avec son tracteur pour emmener volja à Messery.

C'est parti !

A peine le temps de mettre un couche d’antifouling sous la semelle, et le bateau s’envole déjà.

Grutage chez Léman Plaisance à Messery

Quelle ligne !

Comme dirait JF, je « psychote » à fond. Est-ce que le lest est correctement positionné et fixé ? Y aura-t-il des entrées d’eau ?

Pas de souci, voilà volja à flot, dans ses lignes !

volja à flot, dans ses lignes !

Et pas une goute d’eau dans les fonds !

Deux ans de travaux, beau cadeau pour mes cinquantans !

ps : un grand merci à François qui m’a prêté son moteur pour amener volja à Nernier, son nouveau port d’attache.

… et ses bas rouges !

1 tri co vert … 2 bâ cy rouge ….

Voilà, après le haut, volja peint le bas, avec primaire « Resolution Primer » et antifouling semi-érodage « StopMar », toujours chez Stoppani. La voilà fin prête à faire le grand saut !

Paré ?

Paré ?

… fixé le lest …

Opération délicate :

  • Lever le bateau de son ber

J'aime pas vraiment ...

  • Positionner le lest sous le bateau

A un gâteau près ...

  • Ajuster la quille à la forme de la semelle du lest (merci aux 2 JFs)

Voila qui est mieux, non ?

  • percer au diamètre 14 les nouvelles varangues aux cotes du nouveau lest. Pas facile, la varangue sous le pied de mat mesure 25 cm ! (merci JF).
  • Faire l’étanchéité entre la semelle du lest et la quille : les 2 JFs me proposent de faire ça à l’époxy (pas au Sikka)… On tente le coup !
  • Fixer le lest avec les boulons sur-mesure réalisés à façon (du beau boulot, pas donné) par les Ets Grayel à Pierre-Bénite.

Voilà, c'est collé et serré !

Un grand merci aux copains de l’AVAL qui m’ont aidé :  Alain, Pierrot, Philippe, et une mention spéciale à Jean-François et Jean-François !

volja a enfilé sa robe bleue …

Voilà, c’est fait : volja est d’un joli bleu marine.

Joli bordé bleu marine

Après 2 couches de primaire (Stoppani Sottofondo) et 3 couches de laque (Stoppani Clipper) le bordé est d’un beau bleu brillant, lisse, profond : superbe !

Réalisation du nouveau safran

Bon, c’est bien joli les dessins, mais il faut quand même s’y mettre…

Choix du bois

La mèche de safran ayant un diamètre de 30 mm, je choisis d’assembler 4 panneaux de CP marine d’épaisseur 15 mm :

  • les 2 plis centraux seront découpés pour emprisonner la mèche et les renforts
  • Les 2 plis extérieurs permettront la finition

Choix du matériau : contre-plaqué marine, Polydur tous plis moabi « Le plus dense, le plus dur et le plus résistant de tous les panneaux hydro, à réserver aux usages extrêmes », acheté chez Charles. Dimensions : 2,50 m x 1,20 m. C’est encombrant…

NB : il semble que Charles soit importateur (et pas producteur). Pour la réalisation de « sur mesure » avec une qualité au top, il y a La Boisserolle, producteur en Saône et Loire.

Préparation et collage

Les 4 panneaux sont découpé à la forme, reste à préparer les réservations pour noyer la pelle métallique.

Merci 1000 fois à Jean-François pour son impressionnante maîtrise de la défonceuse.

 

Enlever 2 mm à la défonceuse ... merci JF

Le reste est effectué à la scie sauteuse et à la râpe, les sur-épaisseurs étant marquées par pressions sur un papier carbone – particulièrement difficile à trouver… (on peut également le faire à la craie).

Réserver le passage des renforts

Avant de coller, il faut poncer à 40 pour ouvrir les pores du bois, et dégraisser / poncer la pelle inox (grain 40 + acétone).

Merci à Lionel et Jean-François pour leur aide précieuse pour le collage de l’ensemble :

  • Epoxy chargé pour le collage
  • Epoxy avec micro-ballons pour le remplissage

En tout 1,5 kg d’epoxy… Voilà à quoi ça ressemble en cours de collage :

La résine chargée de micro-ballons pour combler les "vides"

Pas mal de serre-joints, une bâche et un chauffage d’appoint (il ne fait que 12°C à l’atelier) pour réussir le collage.

Et voilà le travail après 24 heures de séchage :

 

Il n'y a plus qu'à "shaper"...

 

Shaper le profil

Alain est un artiste, qui a shapé plus de 650 planches à voiles, des foils de F40, … Il dessine à main levée un profil NACA parfait :

A main levée ... Chapeau bas !

 

Et également à la main, le rabotage :

Oui mais… L’artiste n’était pas très en forme ce jour là et le safran shapé n’est pas utilisable en l’état. Je devrai le refaire :(

Fixation du lest « long »

Voilà, j’ai terminé la confection de 3 varangues en chêne lamellé:collé (époxy) pour fixer le nouveau lest de volja. Les lames de chêne font 80 mm x 6 (ou 7, c’est selon) mm. Le plan indique 5 plis de 8 mm, mais ployer à 6 mm est plus confortable, surtout à l’avant où le profil est très « pincé ». J’ai respecté la hauteur > 40 mm.

Pour la dernière varangue, sous la descente, j’ai dû « raboter » la varangue en bois massif existante, pour que les boulons s’appuient au milieu de la nouvelle varangue.

J’ai une question concernant la fixation du lest à l’avant, dans la varangue qui supporte le tube d’épontille :

  • Est-ce c’est fixé avec des boulons traversants comme pour les autres varangues ?
  • Ou bien à l’aide de tirefonds ?

Le plan dit « boulons », mais ne montre pas les écrous au dessus de la fixation de l’épontille…

Extrait du plan 3-B : fixation du lest

Comme il y a 20 cm à percer à cet endroit, la réponse est d’importance ! Si vous aviez une photo pour que je me rende compte…

[Edit le 27 février)

Merci à Philippe qui m'a envoyé une photo de son "bac". Le lest est bien solidaire du pied de l'épontille, avec des boulons traversants, comme l'illustre la photo suivante :

Fixation du lest sur la varangue avant

Il n’y a donc plus qu’à percer … J’ai trouvé des mèches de charpentier (longueur 235 mm), pas trop chères, chez Debonix.

Conception du nouveau safran de volja

Bon, puisqu’il faut refaire un safran, autant faire ça bien …

Dimensions

Les dimensions du safran sont repiquées sur les plans de Van de Stadt, en repérant la ligne de flottaison et l’axe de la mèche :

Mon idée est de rallonger le safran à 1 m sous la flottaison, tout en conservant la même surface mouillée (0,37 m²) et le même rapport de compensation (20%). Le calcul conduit à l’évolution suivante de la géométrie :

En rouge : safran d'origine - en bleu : nouveau safran

Chois du profil

Ma première lecture fut pour cet article : « Profilage de safran pour Magnum 21 » qui décrit les fondamentaux du design d’une nouvelle « pelle ». J’y ai découvert en particulier :

les profils de dessin d’un safran ne doivent pas être très éloignés de ceux utilisés pour dessiner les voiles de quille. Les potes d’Héo m’ont renvoyé sur le site des architectes du groupe Finot, sur lequel j’ai trouvé toute ma documentation : http://www.finot.com/ Vous accédez aux pages qui nous intéressent par les rubriques : Ecrits / techniques / Profil de lest.

L’aricle décrit l’utilisation des profils NACA (National Advisory Committee for Aeronautics) pour la conception des ailes d’avion, de voiles de lest … ou de safrans.Mon choix s’est finalement porté sur le profil NACA 00xx, décrit sur ce site qui fournit les profils réduits selon différents paramètres.

Ses caractéristiques ?

  • Une épaisseur maxi de xx% de la longueur : l’épaisseur du panneau (60 mm) et la longueur maxi (480 mm) imposent le profil 0013 (60 / 480 = 12,5% arrondi à 13%, je tricherai un peu sur le haut).
  • positionnée à 30% de la longueur, comme sur le profil d’origine
  • avec un profil convexe plus facile à réaliser qu’un profil « pincé » sur l’arrière

Voilà le profil générique :

Profil NACA 0013

Une fois le profil choisi, il ne reste plus qu’à (mais ça m’a quand même pris une demi-journée …) dessiner les courbes de niveau avec Excel et les intégrer dans Visio pour guider le travail d’usinage des panneaux.

Lignes de niveau tous les 2 mm

Joli, non ?

Je vais imprimer ça en A0 pour guider mon travail. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’explications.

Remplacement du tube jaumière

Le tube jaumière a été monté AVANT la pose du pont, il est fixé sur la quille grâce à une platine.

Pour le démonter, il faut donc le tronçonner, puis chauffer les joints Sika, et pas mal taper (merci Jean-François) … pour réussir à l’extraire.

Tube jaumière tronçonné en 3 parties

Le nouveau tube sera enfilé par le haut, comme me l’a suggéré Jean-François. Voilà le schéma qu’il m’a fait : Lumineux, non ?

  • Le tube et (48,3 mm – épaisseur 2mm) et les platines de fixation (épaisseur 5 mm) sont réalisés en inox 316-L.
  • Les bagues sont en ertalyte.

Le tout a été usiné par la société B-Méca à Ploudaniel.

Info du 17 septembre : Un administrateur judiciaire m’informe que la société est en redressement : dommage pour eux, le contact était sympa, l’exécution parfaite.

Pas de bagues ?

Au démontage du safran, la mèche apparaît très corrodée à la jonction avec des bagues en bronze. Le bateau, qui a essentiellement navigué en eaux douces, a également éprouvé la corrosion – électrolyse dans les eaux salées de la mer du nord …

Et voilà ce que ça donne en haut : pas beau non plus …

Pas une très bonne idée de réparer : je vais donc réutiliser la mèche du safran démonté sur le Primaat de l’AVAL. Comme la pelle est « hors norme » et peu hydrodynamique, je vais devoir la refaire….

Je ne vois pas de bagues d’usure dans le tube jaumière ?

Après examen, il m’apparaît qu’il y a bien des bagues, dans une sorte de matériau fibreux très dense, mais qui ont souffert : elles sont ovalisées, il me faut les changer !

Tant qu’à faire, je vais également déposer / remplacer le tube jaumière …

Je suis parti pour de gros travaux …

Du jeu dans le safran ...

Lorsque j’ai essayé le bateau avant de l’acheter, j’avais bien ressenti le jeu dans la barre, mais je n’avais pas perçu qu’il « tirait à tribord ». Est-ce que ce défaut a été provoqué par le transport ?

En tout cas, maintenant, pas de doute : il me faut démonter le safran et remplacer les bagues …